Accompagnée de son enseignante, Hélène Bourdon, Laurine Auffret a passé deux jours à Paris, en avril, à l’occasion de la remise du prix national.

Cette commémoration du 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale sera placée sous le signe de la jeunesse. Avec la participation, durant les quatre jours, des élèves des écoles primaires de Guingamp. Et avec la distinction de Laurine Auffray, ancienne lycéenne de terminale STMG au lycée Notre-Dame et aujourd’hui étudiante.

Cette dernière a reçu le 7 avril, le Prix du Centenaire des lycées dans le cadre d’une participation au Prix de la Mémoire et du Civisme André-Maginot, à l’Hôtel de Ville de Paris en présence de nombreuses personnalités. Ce prix récompensait un travail sur la Première Guerre mondiale en lien avec le voyage pédagogique effectué avec sa classe vers les Hauts-de-France sur les traces d’un Poilu breton, Rolland Lissillour, mobilisé le 4 août 1914 à Guingamp et mort le 1er novembre de la même année.

 

« Ses parents étaient fiers et émus »

« Laurine est une jeune fille réservée et elle a pris la parole avec émotion mais assurance devant l’ensemble des personnalités à l’hôtel de ville de Paris. Nous avons aussi participé au ravivage de la flamme sous l’Arc de Triomphe et Laurine a été choisie, avec une jeune collégienne, pour tenir le Glaive et raviver la flamme. Ce fut un moment très fort et hautement symbolique en cette année de commémoration. Ses parents étaient fiers et émus, tout comme moi », se souvient son enseignante, Hélène Bourdon. Et, poursuit-elle, « lors du voyage pédagogique, nous avons trouvé la tombe de Roland Lissilour dans la nécropole de Notre-Dame de Lorette. Laurine a alors eu envie de raconter son ressenti et de participer au concours. Ce fut beaucoup de travail mais bien récompensé ! ».

Un livre sur la médaille militaire

Parallèlement, sa classe a participé à un concours organisé par l’Union nationale des combattants (UNC) et obtenu un Prix National pour un travail de recherche sur « Guingamp pendant la Grande Guerre ».

Dimanche matin, à l’issue de la cérémonie au monument aux morts, la lauréate du concours sera distinguée lors de la réception organisée à l’espace François-Mitterrand de la mairie. René Allain, président des Médaillés militaires et ancien des Opex (opérations extérieures), lui remettra à cette occasion un livre sur l’histoire de la médaille militaire.

Le Télégramme, 8 novembre 2018.