9 élèves primés

Au lycée Notre-Dame, à Guingamp (Côtes-d’Armor), neuf élèves ont été récompensés par un prix sur un exposé dans le cadre du Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD).

Tout avait commencé en novembre 2018, lorsque les neuf lycéens ont souhaité participer au projet. Le thème était le suivant : répressions et déportations en France et en Europe, de 1930 à 1945.

Emmenés par deux professeurs, Hélène Boudon, professeure d’histoire et géographie, et Séverine Chicault, professeure de philosophie, les élèves ont été tout de suite emballés par le projet. Ils voulaient réaliser un beau travail qui consistait à rendre un livre mémoire, contenant des cartes, des documents de recherche, un livret de présentation et une clé USB.

Six mois plus tard, la remise des prix a eu lieu et le groupe s’est vu remettre le troisième prix des Côtes-d’Armor.

Une aventure humaine

Mathis Heurtault, l’un des neuf élèves a reçu, quant à lui, un prix en individuel avec une deuxième place. « Je suis content d’avoir obtenu ce prix, ça récompense un gros travail de ma part et du reste du groupe », explique Mathis.

 

Au-delà du sujet, les élèves ont pu apprendre de nouvelle chose en sortant de l’école traditionnelle. « C’est une autre manière de vivre l’école », souligne Baptiste Le Maire l’un des élèves récompensés. « On a senti les élèves emballés par le projet, on a même travaillé le mercredi après-midi », remarque Hélène Boudon.

« Être citoyen c’est avoir une histoire »

Pour les élèves cette expérience fut une réussite. Par son engagement, son déroulement mais aussi son résultat qui a été bénéfique. Un parcours qui a soudé le groupe avec de bons moments partagés comme ce voyage de deux jours à Paris en janvier pour visiter le mémorial de la Shoah mais aussi la visite du mémorial de Caen.
« Être citoyen c’est avoir une histoire et la comprendre donc ce genre de travail implique cette conscience », explique Séverine Chicault.

Le projet avait été validé par la direction de l’école mais s’est réalisé grâce à des partenariats comme celui avec l’Apel (Association des parents d’élèves et de l’enseignement libre) ou encore l’Association des anciens élèves. Ce travail avait eu le soutien du ministère des Armées pour sa qualité pédagogique.

Ouest-France, 20 mai 2019