CieFièvre

«Tout ce qui était n’est plus, tout ce qui sera n’est pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux.», écrit Musset en 1836. La « Confession d’un enfant du siècle », est un roman d’amour. Alfred de Musset y décrit sa relation avec Georges Sand, et simultanément le monde qui l’entoure, et les récents changements qui l’accompagnent.

« ….Avec les classiques nous avons hérité de grandes oeuvres stupéfantes de discernement et de clairvoyance. Quand on est empêtré dans une crise, c’est vers eux qu’on se tourne pour trouver un équivalent aussi profond. Dans la majorité des cas, ils n’ont pas connu la faveur du public quand ils ont été écrits. Ils me font penser à cette petite boite rouge vitrée, fixée au mur, où on peut lire : « briser la glace en cas d’urgence ». Un outil prêt à l’emploi : c’est donc ça, un classique. Brisez la vitre, sortez le, servez-vous en. …« vous êtes ici et maintenant »… (Peter Selars)

En découvrant la « Confession d’un enfant du siècle » d’Alfred de Musset, très vite est née l’idée de confronter le point de vue du jeune Musset âgé de 26 ans (quand il écrit ce roman autobiographique), à celui de jeunes gens d’aujourd’hui. Le projet « Enfants du siècle » prends corps dans les lycées bretons autour de quatre semaines de résidences qui permettront à l’équipe artistique de questionner les préoccupations de la jeunesse, collecter des témoignages, et transmettre une pratique théâtrale.

Les après midi permettront à l’équipe artistique de partir des témoignages recueillis dans les classes autour des ateliers et de la relecture de la « Confession d’un enfant du siècle » d’Alfred de Musset, et de créer ainsi un spectacle jouable en classe. A chaque fin de résidence un atelier d’écriture permettra aux élèves d’écrire à d’autres lycées bretons et de créer ainsi un relais inter lycée.

« Matière mouvante », le roman sera utilisé comme une base de travail à laquelle viendront s’ajouter des témoignages, des récits de jeunes d’aujourd’hui et des échos d’ actualité. L’histoire d’amour Musset-George Sand sera notre fil rouge, percuté par les préoccupations de cette « jeunesse soucieuse », et les échos d’un « monde en ruine » décrit par Musset… Les répétitions dans les lycées seront déterminantes dans le processus de création du spectacle…

Quelques semaines plus tard, l’équipe reviendra présenter le spectacle finalisé nourri des ateliers d’écritures et des rencontres avec les jeunes…

Yann Lefeivre, de la Cie Fièvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *