art1

Rencontrer des intervenants a permis à certains lycéens de conforter leurs choix d’orientation.

Le lycée Notre-Dame à Guingamp (Côtes-d’Armor) organisait une grande matinée sur l’orientation à destination de ses élèves de première, lundi. L’occasion pour ces derniers de sonder des filières parfois méconnues.

 

Se frayer un chemin dans les couloirs de Notre-Dame n’était pas une mince affaire, lundi, à Guingamp (Côtes-d’Armor). Toute la matinée, les quelque 200 élèves de première de l’établissement ont déambulé dans les salles de classe, à la rencontre d’intervenants de pôles de formations et autres filières professionnelles. Pour dessiner un peu plus les contours de leur orientation.

 

Parmi les lycéens, nombreux savent déjà quelles filières les intéressent. D’autres, en revanche, ont une démarche bien plus hésitante. D’où la présence d’enseignants, prêts à stimuler les plus réticents.

 

Découvrir des filières

« Ils sont encore jeunes, relativise Florence Lucas, professeure de Sciences de la vie et de la Terre. Pour la plupart n’ont pas encore vraiment réfléchi à ce qu’ils souhaitaient faire plus tard. Mais il est fondamental qu’ils se préoccupent dès maintenant de leur orientation. »

 

Quelques mètres plus loin, Isabelle Tanguy conseille elle aussi les lycéens attroupés dans le couloir. Cette professeure de biologie auprès des élèves de Sciences et techniques sanitaires et sociales (ST2S) n’hésite pas à échanger avec les élèves. « Il faut qu’ils aillent à la pêche aux infos. Qu’ils profitent de l’occasion pour découvrir des filières qu’ils ne connaissent pas nécessairement. » Certains viennent lui faire un compte rendu de leur matinée de recherches. Et livrer leurs impressions.

 

Des Terminales également présents

Ces impressions, les élèves les mettent également par écrit, sur une fiche. Une manière pour eux de garder une trace du travail de recherche mené. Pour chaque formation, les lycéens renseignent aussi sur le contenu des enseignements, les modalités d’admission, les poursuites d’étude possibles et l’insertion professionnelle.

Cette matinée d’orientation était également ouverte aux Terminales, sur la base du volontariat. « Une manière pour eux de se conforter dans leurs choix », souligne Isabelle Tanguy, alors que la saisie des vœux sur Parcoursup, plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur, prend fin aujourd’hui.

 

Mathis PIVETTE, Ouest-France, le 13/03/2018