photo Huan

Une assistante chinoise est arrivée à Notre dame depuis la rentrée dernière, nous lui avons posé quelques questions pour en savoir davantage sur elle et comment se passe son quotidien en Bretagne.

-Bonjour, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Huan : c’est mon prénom et mon nom de famille c’est Zhu. Je viens de Chine, de Xi’an 西安, c’est une très vieille ville avec une longue histoire et je vis ici pour l‘enseignement du chinois.

-Pourquoi as-tu décidé d’étudier le français dans ton école en Chine ?

C’est parce qu’à l’université j’apprends l’anglais et ma seconde langue étrangère c’est le japonais. Et aussi l’espoir de mon père est que j’apprenne cinq langues étrangères donc j’apprends le français. Je connais déjà trois langues étrangères mais comme je ne les utilise pas souvent, je ne les connais pas beaucoup.

-Pourquoi es-tu venue à Guingamp ?

Je ne sais pas car ce n’est pas moi qui ai décidé. C’est parce-que je suis un programme d’enseignement entre la Chine et la France. La France demande des assistants chinois et c’est le programme qui a choisi le lieu.

-Que penses-tu de Guingamp et de la Bretagne ?

J’aime beaucoup la Bretagne parce que je la trouve belle et aussi j’aime la mer parce que j’habite à Xi’an 西安, c’est loin de la mer. Je suis très contente d’habiter près de la mer, j’aime aussi beaucoup les plantes ; il y a beaucoup de fleurs ici.

-Es-tu déjà allée à la mer ici ?

Oui. Je vais de temps en temps à Paimpol ou à Saint-Brieuc et c’est la mer que je préfère.

-Quelles différences as-tu remarqué entre la Chine et ici ?

Par rapport au temps, je trouve que le soleil ici tombe plus tard et les gens mangent et dorment plus tard. Sauf les étudiants, parce-qu’il y a beaucoup de cours et ils se lèvent tôt. Chez nous par exemple, mes parents se lèvent à 6h30 et commencent le travail à 8h, mais le soir on mange à 18h30. On n’a pas non plus pour habitude de manger des desserts.

-Qu’est-ce que tu fais pendant ton temps libre ?

Hum… Beaucoup de chose (rires). Je fais de la calligraphie, je fais du sport. Avant je courrais trois fois par semaine mais il pleuvait souvent donc je fais aussi un peu de yoga ou de danse dans ma chambre. Je fais aussi de la batterie depuis cette année. Je regarde des films, je lis et je voyage.

-Est-ce que tu travailles sur différents sites scolaires ?

Je travaille à Guingamp, Lannion et j’ai travaillé à Aurillac l’année dernière. Au total j’ai travaillé dans trois lieux différents en France mais aussi en Chine. Je suis arrivée à Guingamp depuis septembre l’année dernière et je repars en juin.

-Qu’est-ce que tu préfères en Chine ?

J’y ai pensé cette année parce que quand j’ai commencé l’enseignement chinois et appris davantage sur la culture chinoise et j’aime cette culture, je trouve qu’il y a quelque chose qui est calme dedans. J’aime aussi beaucoup la philosophie chinoise.

-Tu habites avec d’autres assistants, comment ça s’est passé depuis le début de l’année ?

Ça s’est passé très bien, on n’a eu aucun problème. Quand je suis arrivée le premier jour, Rachid (assistant anglais) m’a aidée à monter ma valise et Silvia (assistante espagnole) à trouver le car que je devais prendre pour aller à l’école de Lannion. Puis on a mangé ensemble, bavardé, et alors ça s’est passé tous les jours très bien.

-Vous parliez quelle langue entre vous ?

Plutôt en anglais qu’en français. Mais quand Rachid est parti, on parlait plus en français, aussi un peu en anglais, on changeait.

-Le français n’est pas trop compliqué ?

Un peu. Pour moi, le plus difficile est le temps, le futur… mais je l’aime beaucoup.

-Comment trouves-tu la langue française par rapport au chinois ? Est-ce que tu trouves qu’on parle vite, ou fort ?

Oui, il y a des mots ou sons que je ne peux pas très bien prononcer, comme « rrrr ».

-Un mot pour finir ?

Travaillez bien (rires). Je pense que le français est une langue très belle. Il y a deux langues que je préfère, le chinois et le français. Je voudrais apprendre le français plus parfaitement parce-que j’aime beaucoup sa prononciation, plus que l’anglais (rires).

Marine Le Gall et Pauline Boizard, 1ére S, AP presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *