l-auteur-dramatique-julien-simon-a-presente-aux-lyceens-les_4491293

Un chant dans la langue de Cervantes. Une succession de noms. Les voix des réfugiés espagnols ont de nouveau résonné dans les murs de la prison. Mais cette fois, dans des casques portés par des élèves de Notre-Dame, les tout premiers auditeurs d’une partie du parcours sonore réalisé par Julien Simon.

Ce jeudi après-midi, les élèves de Notre-Dame en 1re L, 1re et terminale section européenne, accompagnés par leurs correspondants basques, avaient rendez-vous dans l’enceinte de la prison de Guingamp, toujours en cours de rénovation. L’objectif de cette rencontre était de présenter aux lycéens les quatre minutes du parcours sonore – sur 80 au total – consacrées aux réfugiés espagnols « logés » sur place à partir de 1939, pendant l’exode d’un demi-million de leurs compatriotes, juste avant l’Occupation, alors que leur pays subissait les assauts du nationaliste Franco.

Une première

Un parcours sonore qui, au moyen de casques et de tablettes individuelles, accompagnera les visiteurs de l’édifice carcéral dès son inauguration, le vendredi 26 avril prochain. C’est l’artisan de cette bande-son, Julien Simon, qui leur a lui-même présenté l’extrait, avec sa verve habituelle, faisant ainsi de ces lycéens les tout premiers auditeurs d’une partie de son ambitieux travail.

À travers ce parcours sonore, l’auteur dramatique fait de nouveau résonner les voix de personnes écrouées en ces lieux à partir d’histoires réelles dénichées aux Archives départementales. « Des histoires mêlées », reconnaît Julien Simon, de fiction, qui insiste sur le fait d’être un auteur, et non un historien.

Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre du concours « Retour aux sources… d’archives ! » proposé par les Archives départementales, pour lequel ces lycéens ont été sélectionnés. Ils ont d’ailleurs déjà produit des documents radiophoniques sur le sujet. Le fruit de leur travail sera présenté en juin, aux Archives départementales, à Saint-Brieuc, aux côtés de celui des autres candidats de cette sélection.

Le Télégramme, 29 mars 2019