th salic

Depuis deux ans, Thomas Salic propose des coques de téléphone façon maillot de foot. Fondateur de l’entreprise Footycase, basée à Ploumagoar, il travaille déjà, à 20 ans, pour l’équipe de France. Et tant pis si sa passion laisse peu de place au temps libre.

Tout a commencé il y a deux ans tout pile. Thomas Salic n’avait alors que 18 ans. Suffisant pour lancer son concept Footycase. « J’adorais l’idée de personnaliser les maillots avec des flocages, donc je me suis dit pourquoi ne pas le faire sur les coques de téléphone ». Et depuis, le jeune homme de 20 ans est sur son petit nuage. Celui de chef d’entreprise au diapason sept jours sur sept. Tout en cumulant ses études. « Je suis en deuxième année de BTS Muc (Management des unités commerciales) au lycée Notre-Dame », confie Thomas.

 

Démarchage aux États-Unis

S’il bénéficie d’un emploi du temps aménagé en raison de ses obligations professionnelles, sa décision est d’ores et déjà prise : il ne se consacrera qu’à son entreprise dès la fin de l’année scolaire. Calme, la voix posée et l’air insouciant, Thomas Salic n’en est pas moins déterminé. Et, la semaine dernière, l’aîné d’une fratrie de trois garçons s’est envolé vers les États-Unis pour un séjour de deux semaines. Certes pour profiter de quelques jours de vacances, mais aussi et surtout avec des ambitions plein la valise. « Je vais contacter des universités pour d’éventuels contrats ». Et notamment celles dotées d’une section foot. Voire de basket, le Graal pour lui et les quatre autres moussaillons de son entreprise étant de travailler pour des clubs de NBA.

Un contrat de licence avec les Bleus

Mais, pour l’instant, il propose des coques aux couleurs des clubs de foot français. Et s’il a récemment signé des licences avec le FC Nantes, l’AS Saint-Étienne et le Lille OSC, son premier contrat de licence fut celui de l’équipe de France. Pendant le rush de la Coupe du Monde, « on a fait un pack de deux coques pour chaque joueur. Ça a beaucoup plu, donc on l’a refait quand l’équipe de France est venue à Guingamp ». Cette fois, une coque au nom du joueur et une estampillée Champions 2018. Bonne surprise, Thomas et sa troupe ont, depuis, aperçu Kylian Mbappé, téléphone en main, sur une photo du compte officiel Instagram de l’équipe de France… avec une coque Footycase !

 

Une commande « de la famille de Neymar »

« On a aussi eu des retours sur les réseaux sociaux avec Ousmane Dembélé, Alphonse Aréola et Corentin Tolisso », apprécie Thomas. Et des commandes de joueurs tel l’ancien Parisien Jean-Kévin Augustin, le Lyonnais Anthony Lopes ou le Lillois Nicolas Pépé. Mais aussi « de la famille de Neymar ».

Et dès qu’un joueur lui commande un produit, il offre son maillot à Thomas dont le prochain objectif est de lancer une gamme de mug et de protège-tibias, toujours selon la charte graphique des maillots. Une innovation qui devrait prochainement voir l’entreprise modifier son nom. Bref, une activité qui ne laisse pas une large place au temps libre. « Avoir une entreprise, ce sont des choses à gérer. Mais ce n’est que du positif ». Surtout quand ses coques ont la cote.

Le Télégramme, Gaëtan Pinel, 23 octobre 2018.