don d'organe TPE

Nous tenons nous, lycéennes de 1ère ES, à informer nos camarades sur le don d’organes, la législation, ainsi que l’aspect civique de l’acte du donneur, dans le cadre des TPE, travaux personnels encadrés effectués au long d’un semestre, qui représentent une de nos notes au bac car c’est une épreuve anticipée. Cette production fera en effet office de réalisation finale et sera présentée à un jury.

Les jeunes peu informés…

En effet, le 12 décembre 2006, l’Agence de biomédecine a lancé une campagne d’information sur la greffe et le don d’organes à destination des 16-25 ans, car ils connaissent mal le don d’organes. Selon une enquête menée par la société InfraForces en 2006, auprès de 1 092 jeunes, « ils souhaitent être mieux informés » , ils manquent de connaissances sur le don et les effets positifs ainsi que sur les dispositifs actuellement en vigueur concernant le don d’organes.

…mais généreux

Cependant ils sont assez ouverts à l’idée du don d’organes et de la greffe. Pour eux, c’est un sujet « d’utilité sociale », un acte généreux. L’étude montre également que « 84 % des jeunes interrogés sont favorables au don et 70 % sont d’accord pour que l’on prenne leurs organes en cas de décès ».

Un sujet sensible qui touche notre corps

Mais la plupart des jeunes sont soucieux de « l’intégrité du corps du défunt et de son apparence » c’est-à-dire de ce à quoi le corps ressemblera après le prélèvement. Les 16-25 ans affirment qu’il y a certains organes qu’ils ne souhaiteraient pas qu’on leur prélèvent : le plus souvent ceux qui se voient, comme la peau et les yeux.

Aborder le don d’organes

Pour finir, près de la moitié des jeunes considère qu’il est difficile d’aborder le sujet du don d’organes avec la famille, ils préfèrent en parler « entre amis du même âge », ou « avec des personnes à l’esprit ouvert » ou bien encore « avec des professionnels de santé ». Ils réclament et souhaitent plus d’informations sur le prélèvement et la greffe, dans le milieu scolaire, par des intervenants, ou bien par des médecins. Un registre national de refus est mis à disposition, pour les personnes qui ne veulent pas s’y soumettre.

C’est pour tout cela que nous avons fait la vidéo ci-dessous, afin d’apporter plus d’informations sur le don, et que par la suite, les jeunes puissent en parler plus librement en famille ou entre amis et leur montrer l’importance du don.

Annaëlle Fontaine et Justine Jacob, 1ES1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *