notre dame guingamp portrait madame bourdon

La citoyenneté est une situation positive créée par la pleine reconnaissance aux personnes de leur statut de citoyen. Suite aux événements du 7 janvier 2015 sur le site de Charlie Hebdo, les réactions furent variées et les démonstrations de soutiens nombreuses. Certains de nos professeurs furent particulièrement touchés par la monstruosité de ces actes et ont ressenti le besoin de témoigner leur effarement. L’une d’entre eux, particulièrement engagée, a accepté de répondre à nos questions, avec une certaine évidence, car pour elle, « un tel événement mérite une réflexion approfondie ».

Nous l’avons rencontrée dans sa classe. Dans celle-ci, sont accrochées des caricatures d’Alain Goutal, dessinateur de presse, ainsi que le slogan « Je suis Charlie », qui accentue son esprit engagé et franc, et sa détermination à assumer ses opinions.

Parlez-nous de votre engagement dans le domaine des droits de l’Homme : « J’ai engagé un travail sur les droits de l’Homme et sur les droits de l’enfant aujourd’hui dans le monde, avec les élèves de 1S1 dans le cadre de l’ECJS, et d’une participation au Prix des droits de l’homme René Cassin. L’éducation des enfants nous semble être une clef pour que les adultes de demain soient plus respectueux et tolérants les uns envers les autres ».

Pourquoi cela vous tient-il à cœur ? « J’ai une grande sensibilité au respect des droits de l’Homme et chaque année, je mène un travail d’engagement citoyen. Permettre aux élèves de réfléchir, de s’écouter, de débattre sur des notions fondamentales comme les droits de l’Homme, aiguiser leur esprit critique sont essentiels pour moi ».

Comment et par quel moyen avez-vous exprimé  votre soutien à Charlie Hebdo ? « Manifester le 11 janvier 2015 a été une façon de dire « NON » à toutes formes de violence contre la liberté d’expression. « Etre Charlie » signifie refuser cette violence. « Etre Charlie » ne veut pas forcément dire que l’on est lecteur du journal Charlie Hebdo. Il s’agit de défendre des libertés fondamentales. On peut bien sûr ne pas « être Charlie » ; sinon où est la liberté ? »

Trouvez-vous cela important d’aborder le sujet de l’attentat contre Charlie Hebdo avec vos élèves ? « Nous avons débattu de cela en classe. C’était une évidence car un tel événement mérite une réflexion approfondie ».

Quel est votre état d’esprit aujourd’hui suite à ces événements ? « Aujourd’hui je ressens une forme de tristesse liée à la disparition de ces dessinateurs de presse, sans oublier les autres victimes. Je sens qu’il faut plus que jamais être vigilant contre ceux qui veulent imposer un modèle unique de pensée. Il a fallu des siècles pour que la France se construise sur les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité. Ce n’est pas le moment d’abandonner ».

Une rencontre des 1ere ES avec Alain Goutal organisée par Madame Bourdon

Suite à cet entretien, nous avons eu la chance d’assister à l’intervention du dessinateur de presse Alain Goutal, qui nous a expliqué comment déchiffrer le dessin de presse et comment celui-ci peut être un outil pour sensibiliser aux droits de l’Homme et de l’enfant. Il nous a également fait part de son regard sur la citoyenneté.

Il explique que le dessin est le plus vieux langage du monde et qu’il traduit le droit de dire et de s’exprimer. Il considère le dessin comme une arme permettant de faire prendre conscience des choses et de réveiller les esprits. Alain Goutal considère les punitions, les limites et les censures comme une atteinte à la liberté d’expression. Pour lui, une religion ne peut pas imposer ses principes religieux et chacun est libre de penser et de dessiner comme bon lui semble. La vraie limite est celle imposée par la loi qui condamne les appels à la haine et à la violence. Enfin, il souligne le rôle important de l’interprétation que chaque individu fait d’un dessin et il nous a fait prendre conscience des écarts qu’il peut y avoir suivant les points de vue.

En un mot, cette journée dans la vie de Madame Bourdon était stimulante !

Atelier presse, Ambre Le Provost et Emilie Picard, 1ES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *