mémorial caen

Lors d’une journée en Normandie, les élèves du cycle terminal ont découvert différents lieux importants et marquant pour l’histoire de France, marchant ainsi dans les pas de leurs parents.

Les cimetières de la mémoire

Le matin du jeudi 19 octobre à 6h45, les élèves de 1ère S, ES et les Term STMG sont partis pour une journée au Mémorial de Caen et aux cimetières allemand et américain. Après environ trois heures de car, c’est l’arrivée, dans un premier temps au cimetière militaire allemand de La Cambe. Dans ce cimetière 21 222 soldats sont enterrés sur un terrain de 7 hectares. Au centre de celui-ci, se trouve une butte où sont ensevelis les soldats allemands inconnus, puis les tombes sont représentées avec des pierres tombales et dans chaque rangée se trouvent cinq croix, elles représentent l’unité. Ensuite direction le cimetière américain de Colleville-sur-Mer. Ce cimetière surplombe la plage d’Omaha Beach, où les soldats principalement américains, mais aussi anglais et canadiens ont débarqué le 6 juin 1944. Le cimetière s’étend sur 70 hectares et il y a 9 387 tombes, parmi ces tombes quatre sont pour des femmes ; on trouve également les tombes des deux frères Niland qui ont inspiré le film « Il faut sauver le soldat Ryan », réalisé par Steven Spielberg en 1998. l

Mais il y a aussi un jardin des disparus pour les 1 557 soldats dont les corps n’ont jamais été retrouvés. Les tombes sont toutes représentées par des croix, ou des étoiles pour les soldats de confession juive, toutes sont faites en marbre blanc.

Le Mémorial de Caen, un lieu d’histoire

Ensuite nous sommes partis en direction du Mémorial de Caen, afin d’approfondir nos connaissances sur cette période qui a marqué l’histoire de France. Nous avons eu 2h30 pour visiter le musée, mais ce n’était pas suffisant pour pouvoir tout regarder, car il y a beaucoup de choses très intéressantes comme des témoignages, photographie ou objets. A la fin de notre visite, nous nous sommes tous retrouvés dans une salle de cinéma, pour regarder un film qui parle du jour du Débarquement.

L’organisatrice, Mme Bourdon, répond à nos questions

Depuis combien d’années cette sortie à Caen est-elle organisée ?

Tous les ans depuis 1990, je vais avec les classes de 1ere S et ES et TermSTMG. J’y vais également lors du concours des lycéens « Droits de l’Homme ».

Pourquoi trouvez-vous important d’emmener les élèves sur place plutôt que de leur montrer des photos ou des vidéos ?

Dans un premier temps les élèves peuvent s’imprégner de l’atmosphère du musée et des lieux. Certains élèves ne sont pas intéressés durant les cours mais quand nous allons en sortie les élèves sont au cœur de leur propre apprentissage, ils peuvent également aborder le questionnement d’une manière différente. Faire ces visites apporte de la valeur ajoutée car les élèves ont accès à plus de documents sources et à des documents originaux. Faire ces visites font que les élèves vont au-delà de leurs cours. Mais on ne peut pas aller partout.

Quels ont été vos ressentis suite à cette visite ?

Avant la visite je suis toujours impatiente de faire découvrir aux élèves un lieu exceptionnel de mémoire et d’histoire. J’aime transmettre et partager, c’est un lieu de réflexion et de paix. Quand je vois les élèves contents cela me rend heureuse, et après la visite c’est un soulagement en effet nous avons été à l’heure à chaque monument et les élèves ont pris ce que je voulais leurs transmettre.

Cette visite est-elle bénéfique pour vos cours ?

Oui, car en un même lieu se concentre une partie du programme (totalitarisme, Première et Seconde Guerre mondiale), cela permet de faire un contenu scolaire hors de l’établissement, les élèves construisent ainsi leurs propres cours.

Proposez-vous d’autres sorties à l’extérieur ?

Avant, les 1ES partaient en voyage à Paris, cette année je pars avec les Section Européennes en Pologne à Cracovie et l’année dernière je suis partie avec les 1ère et Term STMG à Lille sur les traces des poilus bretons.

Pensez-vous que les élèves ont été intéressés par cette sortie ?

Oui, je l’ai observé durant le voyage, et par rapport aux travaux effectués.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose :

Le Mémorial de Caen se renouvelle sans cesse, il y a des nouveaux documents, il n’est pas figé, il y a un renouvellement des sources.

Nous avons beaucoup apprécié cette journée, et nous espérons qu’elle se perpétuera pour nous faire marcher sur les pas de ces soldats.

Léa LE DUFF, Jade REYNOLDS-BROWN et Oanell JEGOU, AP presse